« Vous, les femmes » ou plutôt « Elles, les greluches »

Publié le par Ignatus

Voici une mini série qui met en scène des femmes, enfin une femme, dans des situations plus ou moins grotesques dans lesquelles seules les femmes, et parce que ce sont des femmes, peuvent se mettre. C'est sensé être drôle, tendre, à leur égard, enfin, je suppose. Parce que selon moi, c'est seulement bête, rabaissant et inutile. 

Voir une nana, sur son trente-et-un, apparemment dans un cocktail - sinon, elle ne se serait pas habillée, pas bêtasse la femme ! - assise sur un pouf et valdinguer deux fois parce que quelqu'un d'autre s'y assoit puis se relève, ça me dépasse. Haa ! Le pouf (c'est le titre de l'épisode), la pouf.... Haaaa. Ouaich, personellement, quand   je   vois    un pouf genre gros-truc-gonflable, j'évite de m'asseoir et encore moins d'y rester surtout quand j'ai déjà montré ma culotte à tout le monde une fois. Après, c'est de l'exhibitionnisme et c'est autre chose. Mais selon cette série, les femmes n'ont pas de bon sens, ni d'ailleurs de savoir-vivre ou d'estime de soi. Elles se doivent d'être maladroites, cul-cul-la-praline et sottes. Pardon, c'est de l'autodérision ? De l'humour ? Je dois être pire qu'une femme - un homme ? Ben non, quoi d'autre... - parce que ça ne me fait pas rire pour un sou. Mais les femmes n'ont pas d'humour, c'est bien connu, Madame la Comtesse. En tout cas pas les réalisatrices de cette série, vous trouverez leur nom sur le net, je n'ai pas envie de chercher. 

Le portrait de la femme contemporaine proposé ici est donc celui d'une parfaite godiche trentenaire, et pourquoi pas, Bridget Jones avait son charme, mais tellement centrée sur elle-même qu'elle en devient insupportable, égoïste, sans égard pour personne. Elle est la néo-femme, autrefois, les hommes infantilisaient les femmes, aujourd'hui elle le fait toute seule, quel progrès ! La série grossit les traits, c'est même le seul ressort comique avec les grimaces de l'actrice, mais encore faut-il faire sens et mettre de la distance. Malheureusement, le premier degré bête et méchant est la vogue du moment. Et au lieu de faire rire en donnant à réfléchir, ça ne donne que l'effet inverse en desservant complètement l'image des femmes mais c'est facile d'accès alors pouquoi se poser des questions ?

Quant au titre, il me fait frémir, je suis donc sensée me reconnaître là-dedans. Et bien non, je suis Mrs Lee, certes, je suis une femme mais je suis avant tout un individu et je n'ai besoin de personne pour me représenter. Mais les groupes, les communautés sont à la mode, il faut se rassembler sous le même étendard, quelqu'il soit, et attention aux têtes qui dépassent. Ici, c'est celui des femmes qui pensent qu'elles ont besoin de leurs magazines (même si ce fut une grande ouverture à une époque, les temps changent), de leur chaîne TV pour se reconnaître sans se rendre compte que c'est finir de se sectariser et dans cette vaste supercherie, subsiste ce féminisme démodé qui crie à l'égalitarisme, et là, oui, certaines femmes ont gagné, elles sont aussi médiocres que certains hommes.


Alors, chic ou pas chic ?
Ecrit par Mrs Lee

Publié dans CHIC ou pas CHIC

Commenter cet article

Capt'n Z from the sea-shells and the needles 08/07/2009 20:20

Alors selon maître Cappellovicci (grand manitou des mots fléchés de hauts niveaux), j'ai un petit penchant à être un intello (en considérant une bonne part d'esprit stimulé par la sensation pur de mes aventures somme toute élémentaires ) !

Mrs Lee 08/07/2009 11:53

J'entendais par milieu intellectuel, des personnes s'ocupant des choses de l'esprit, comme le dit si bien le dictionnaire, Maître Capello.

Maitre Gonzo 08/07/2009 11:19

C'est marrant, je n'aurais pas dit une seule seconde que les mecs achètes des Cd et Dvd, mais plutôt des bagnoles et du Hi-Fi et des tickets de matchs de foot, ce qui mettrait au même niveau les mecs et les nanas (avec leurs achats de fringues).Et je crois effectivement que l'on donne de trop grande qualité au mot culture, qui ne veut plus dire grand chose puisqu'il englobe tout et surtout n'importe quoi. Je veux dire que la "culture" met au même niveau un CD d'Obispo et un CD de Nick Drake. Par culture, on ne peut faire une échelle de valeur qu'en introduisant le mot "art".D'autre part, Mrs Lee, des intellectuels ici ? non, un poil cultivé peut être, mais surtout curieux.Je crois que personne chez C&MF dirait qu'il se considère en tant qu'intellectuel parceque ce n'est pas le cas.

Mrs Lee 07/07/2009 00:56






A vouloir faire court, j'en oublie la moitié.
La plupart des femmes ont aussi beaucoup moins de temps que les hommes pour se cultiver. Le partage des tâches est encore un vain mot dans pas mal de couples. Et il ne faut pas oublier qu'il n'y a encore pas si longtemps, dans les classe moyennes, ce sont les femmes qui achetaient la « parure » de leurs hommes car ce n'était pas très viril et assez ennuyeux de faire les magasins... c'est une des raisons qui font que la majorités des magasins de vêtements sont pour femmes... Mais encore un peu de temps et il y aura un H&M rien que pour vous, les hommes. Et un jour, toutes les femmes auront le même temps libre les hommes, celui qui permet au cerveau de s'enrichir, et pas seulement de se faire plaisir en claquant de l'argent...

Mrs Lee 06/07/2009 23:30






«En caricaturant, homme beauf, femme pouf ?
 Sans caricaturer, ou en caricaturant quand même aussi un peu, l'homme, petit enfant fier, s'affichant par la culture, et la femme, muse et vampire, s'affichant dans la parure ? », nous dis Mr Z.
Sans doute, à vue de nez. Mais de quelle culture parlons-nous. Celle partagée par les faiseurs de C&MF qui est celle de personnes appartenant au milieu intellectuel ou celle du lambda ?
Celui qui achète à la librairie pointue du quartier et celui qui achète le bouquin en tête de gondole du supermarché est rarement la même personne.
Tout ne fait pas culture. Parce que à ce compte-là et vu le succès de Marc Lévy, auteur essentiellement lu par des femmes, il n'y a pas vraiment de différence avec ceux qui ont acheté les DVD des films français passant au multiplex du coin, achetés entre deux paires de baskets.
Mais c'est vrai que le rayon H&M homme est ridiculement petit par rapport à celui des femmes...
Enfin, je crois que la beaufitude et la poufitude se partagent relativement bien de nos jours.